"La lettre ouverte « Accuse … ou libère le droit d’expression !" pdf
The open letter "Accuse ... or release the freedom of speech!”

 ----------------------------



Lettre ouverte «Accuse… ou libère le droit d’expression !»

Lettre ouverte destinée aux responsables des médias qui disent aimer la démocratie. Tous ceux qui animent l’oligarchie financière et industrielle mondiale et les autres, qui, volontairement ou non, la servent pourront y trouver matière à méditer et pourquoi pas à changer de vie. Que cette lettre ouverte soit pour les citoyens du monde l’occasion de prendre conscience que nous avons tout pour bâtir une nouvelle société favorisant un essor harmonieux de l’humanité, la pierre: notre volonté, et le ciment: la fraternité.

Accuse…
ou libère le droit d’expression!

Par DakTTari
Nous allons construire, à la lumière de la vérité, une nouvelle société de paix et de progrès.

Bâtisseurs citoyens! À partir de la Grèce, «tout est à portée de main»
pour bâtir la «civilisation du troisième millénaire».
-------------------------------------------------

Le «nouvel ordre mondial» ne verra jamais le jour!

Les chaos, dictatures et désastres programmés par ses oligarques pour dominer et asservir l’humanité resteront un délire paranoïaque enfoui dans les poubelles de l’Histoire.
Ces affairistes qui trafiquent dans l’ombre de leurs sociétés secrètes
resteront de pathétiques manipulateurs à la conscience lourdement chargée.

Athènes, le 5 mars 2012 à 12heures, naissance de la «démocratie accomplie».

Il ne faut plus rien attendre des institutions politiques en place. Elles ont perdu depuis longtemps, et partout dans le monde, tout pouvoir de décision face au cancer de l’oligarchie financière.
Elle parasite tous leurs moyens d’action et détruit même leur dignité.
Les citoyens du monde responsables doivent, sans attendre un jour de plus:
1/ prendre l’initiative, 2/ tracer la nouvelle route et 3/ fixer les échéances.
Le 5 mars 2012, après la longue nuit hivernale, enfin, le soleil se lève au pôle Nord.
Tout l’hémisphère est dans la lumière.
À nous de faire que la symbolique de ce renouveau éclaire la planète entière
et la marche de l’humanité, toujours!
À Athènes, l’initiative citoyenne prend les commandes,
pour bâtir une société de paix et de progrès pour tous les peuples.
C’est l’aboutissement de l’œuvre du peuple grec commencée il y a 2500ans.
Bâtir une nouvelle société, initiée par la Grèce pour elle-même
et pour l’humanité dans son ensemble, en moins de 20ans, c’est le défi de notre génération.
Nous le relevons! Notre réussite est inéluctable!

Des convictions, une action

Bâtir une nouvelle société de paix et de progrès: c’est avec cette conviction, qu’en tant que simple citoyen j’ai, en 1989, débuté mon engagement politique public. Il a été déclenché par le constat fait dès le début des années70 de la dérive continue de notre civilisation occidentale. Elle avance, depuis longtemps déjà, en se laissant dépouiller systématiquement de ses principes fondamentaux (citation 1, président J.F. Kennedy en fin de document). Ce sont souvent ceux qui sont censés les défendre qui lui portent les coups les plus rudes. Après avoir perdu son âme, notre civilisation perd maintenant son avenir. Pour entamer ce travail de bâtisseurs, je propose un programme novateur qui s’appuie sur les bases les plus saines de nos démocraties (citation 2, J.F. Kennedy). Le but de ma démarche est de faire émerger les meilleures réformes à mettre en œuvre. Pour cela, il est indispensable d’ouvrir un véritable débat démocratique, qui ne doit occulter aucun problème et n’exclure aucune solution, si tant est qu’elle sublime, pour tous, et partout dans le monde, nos valeurs les plus hautes: démocratie, liberté, information, éducation, respect, progrès, sécurité, solidarité et, surtout, fraternité. Mes propositions sont nourries de ces valeurs. Ce programme n’est jamais évoqué dans les grands médias. Pourtant, ils sont informés régulièrement depuis plus de 22ans, comme d’ailleurs les personnalités publiques qui s’investissent en politique. J’ai vite compris que mes propositions comme «Les Trois Référendums de la Libération» indisposaient certaines puissances, avides de bénéfices à court terme, quelles que soient les conséquences pour l’ensemble des citoyens. Ce n’est que très récemment que je me suis penché sur les principes et valeurs du «nouvel ordre mondial».

Élection présidentielle de 2012 en France

Ainsi, le communiqué de presse envoyé en avril pour annoncer ma candidature à l’élection présidentielle française de 2012 n’a pas eu le moindre écho dans la presse. Pour quelle raison? Personne ne m’a donné la réponse. Il est possible que mes suggestions posent des problèmes à certains. En particulier à ceux qui, sans vision à long terme pour la société et pour eux-mêmes, ont quelques appréhensions face à certains changements. Il peut aussi gêner les «responsables» de tous «ordres», refusant d’aller à contresens du totalitarisme dominant (citation 3, président T. Jefferson). Dans l’ombre des sociétés secrètes, le totalitarisme étend son influence néfaste tous les jours (citation 4, président W. Wilson). Récemment, je me suis penché sur les tenants et les aboutissants du «nouvel ordre mondial», dont on nous rebat les oreilles. J’ai alors compris qu’il était l’antithèse de la «civilisation du troisième millénaire» que je propose de construire. Ceci pouvait donc expliquer cela. Malgré tout, ceux qui aiment vraiment vivre dans une démocratie, particulièrement les acteurs de l’économie, de la politique ou des médias, ne devraient pas se priver d’explorer toutes les voies disponibles pour bâtir un nouvel avenir; s’ils en ont vraiment la liberté (citation 5, président J.F. Kennedy)! Ils pourraient accuser ces propositions de ne pas être pertinentes, si elles leur semblent ne pas répondre correctement aux défis de notre époque. Si non, ils devraient libérer «la liberté d’expression» inscrite dans la Constitution.
L’injonction «Accuse… ou libère la liberté d’expression!» en titre de ma lettre est donc prioritairement destinée à ces acteurs.

Une lettre ouverte? Pourquoi? Pour qui?

Je n’ai jamais eu d’avis négatifs concernant mes propositions dans les réponses des professionnels de la politique. Je m’interroge toujours sur le fait que pratiquement aucun débat de fond n’ait été engagé sur les vrais problèmes qui détruisent lentement les acquis de notre société. C’est alors que j’ai découvert les travaux de Maurice Allais (1911-2010), major de Polytechnique et seul prix Nobel d’économie français. Ces travaux sont frappés d’une omerta dans nombre de médias. Omerta qui peut se comprendre à la lecture des prises de position de leur auteur, pour le moins lucides et à contre-courant du conformisme ambiant (citation6, M. Allais). Nos parcours sont aux antipodes l’un de l’autre, certes, mais ont pourtant des préoccupations identiques. Nos propositions, chacune dans leur domaine, convergent vers un même but: l’établissement par-delà les frontières d’une société de liberté et de progrès partagé. C’est ce constat et le fait que nous tous sommes à la croisée des chemins qui m’ont inspiré cette lettre ouverte.
Comme je l’explique dans la deuxième partie de ce courrier, cette lettre est aussi destinée aux «dévastateurs» qui animent, ou servent, l’oligarchie financière mondiale menée par une poignée de grands banquiers œuvrant dans l’ombre avec quelques autres forces transnationales pour accomplir les dernières phases d’un dessein morbide préparé depuis bien longtemps.
Elle est enfin destinée aux citoyens du monde qui subissent son joug, parfois sans avoir conscience des moyens utilisés contre eux et sans pouvoir évaluer l’impact réel de ces agressions sur leur vie. Ils apprendront certainement quelques vérités très bien cachées jusqu’à présent (citation 7, H. Ford).
L’essentiel est encore ailleurs. L’essentiel est de prendre conscience qu’au-delà du catastrophisme ambiant, qu’au-delà du «nouvel ordre mondial» fait de violences et de dictatures que l’on veut nous imposer, nous avons à portée de main toutes les pierres pour bâtir une société de paix et de progrès, la «société du troisième millénaire».

Les dangers qui guettent l’humanité

Nul ne peut donc plus nier que nous sommes spoliés de nos biens, par-delà les frontières, par le parasitisme mortifère de certains groupes de pression de la finance et de l’industrie. À cause de leur insatiable avidité, ils ignorent leur propre intérêt à moyen et long terme et mettent en danger l’avenir de la biosphère (l’ensemble des organismes vivant sur la terre). Leurs armes de destruction massive sont la guerre, la création de monnaie pour leur propre compte avec la gestion de dettes qui ruinent notre avenir (citation 8, Sir J. Stamp). Ils nous obligent à rembourser ce qui ne leur coûte rien, avec le fruit de notre travail et le patrimoine constitué au cours des siècles par les générations qui nous ont précédés.

Agressés, spoliés, humiliés, et pourtant, dès le 5 mars 2012…
les citoyens du monde passent à l’action pour la victoire!

Nombreux sont ceux, qui, conditionnés par le déferlement d’informations orientées (citation 9, Noam Chomsky) perdent l’espoir d’une vie meilleure. Ils n’imaginent pas que dès le 5 mars 2012, l’initiative citoyenne a le pouvoir de prendre les commandes! Les outils existent, comme nous le verrons tout au long de ce courrier.

En une génération, la société du troisième millénaire

Fonder une société durable est le défi d’une génération: la nôtre!

Bâtir la civilisation du troisième millénaire est obligatoirement une entreprise planétaire. Ayons le courage de l’amorcer (citation 10, M. Gandhi). Nous serons rejoints par tous les citoyens du monde responsables, rapidement. La formidable énergie accumulée par les civilisations nous ayant précédés, l’expérience acquise et la prise de conscience des menaces qui déjà pèsent sur le quotidien de l’humanité sont des éléments essentiels pour comprendre l’urgence qu’il y a à prendre notre destin en mains (citation 11, T. Roosevelt).

Plus le temps de tergiverser, un seul choix possible entre le nouvel ordre mondial et
la civilisation du troisième millénaire

Il s’agit de prendre avec lucidité la pleine mesure de tous les autres asservissements qui sont en voie de nous être imposés par le nouvel ordre mondial si nous restons couchés (citation 12, Thucydide). Nous devons prendre conscience qu’avec une mobilisation puissante notre capacité à relever le défi matériel est totale, à la condition de mener une politique innovante et courageuse. L’immensité de la tâche ne doit pas laisser le moindre doute s’insinuer dans nos esprits. Avec constance et détermination nous mènerons notre projet à son terme; en temps et en heure (citation 13, C. de Gaulle).

Inéluctable: à la fin, notre accomplissement

Les lignes de force du programme de Biosphère pour Demain sont une base crédible, solide. Il ne fait pas de doute que s’il est correctement diffusé par les médias, les citoyens avides de changement seront transcendée par l’existence de ce projet réaliste, et voudront le mettre en route sans délai. Chacun pourra y apporter sa pierre. Il va ouvrir un autre horizon bien différent de celui qu’offre le marasme dans lequel nous nous enfonçons tous les jours un peu plus. Cette volonté citoyenne doit être portée par une stratégie claire, puissante et communicative (citation 14, W. Churchill). Sans ce dernier aspect, point de salut. Aux médias soucieux de l’intérêt général de prendre leurs responsabilités et d’accompagner cette mutation qui doit donner un nouveau souffle à la démocratie. Les plus puissants acteurs de la vie économique et politique, eux aussi, devront prendre leurs responsabilités (citation 15, A. Einstein).

La Grèce, l’Europe et les citoyens du monde

La Grèce, avec l’Europe, doit être le berceau de la nouvelle civilisation, en lançant des réformes qui, par leur qualité et leur adaptabilité, peuvent être validées par des citoyens du monde, quel que soit leur pays d’origine. En France, par exemple, il est impératif de mettre sur les rails la VIe République, pour sereinement remplacer la Ve à bout de souffle.
La démocratie est née à Athènes; non seulement elle ne mourra pas en Grèce, mais c’est elle, la Grèce, qui portera haut l’étendard d’une démocratie arrivée à maturité. Tout cela sera accompli en moins de temps qu’il n’en faut aux parents pour donner à leur enfant les bases solides pour se lancer dans la vie avec les meilleurs atouts, c’est-à-dire 18ans!

Hatari pour l’humanité («hatari» signifie danger en langue swahili)

L’humanité est en grand danger; l’oligarchie financière mondiale lui prépare un destin funeste. Mensonges (information 1, Okeanews – Les 10 mythes sur la Grèce et la crise) et manipulations ne nous empêchent pas de comprendre l’avenir que l’on nous prépare (information 2, Dette et Grèce). C’est un mélange préparé avec le pire du destin imposé à la Grèce et celui infligé à l’Irak (citation 16, A. Schopenhauer).

La dictature du nouvel ordre mondial s’approche à grands pas!

L’oligarchie manipule le destin depuis plus de deux siècles (citation 17, T. Edison). Elle croit que le problème de l’humanité, c’est l’humanité. Pour nous, le problème de l’humanité, c’est leur caste de psychopathes. L’oligarchie financière a transformé l’économie mondiale en un gigantesque casino où elle gagne à tous les coups (citation 18, P. Krugman). Avec ses tromperies, spoliations et crimes impunis de toute sorte, elle gagne plus en détruisant l’économie et la vie des citoyens du monde qu’en accompagnant leur évolution vers un mieux-être partagé (citation 19, J.F. Kennedy). Plus grave, elle est criminelle comme jamais ne l’a été la pire des associations malfaisantes qui ont existé dans l’histoire de l’humanité. En plus des dévastations (citation 20, J. Ventura, gouverneur américain) qui ont causé la mort de millions d’êtres humains avec son soutien au bolchevisme (information 3, A. Sutton et P. Hillard), au nazisme (information 4, J.R. Pauwels) et au terrorisme (information 5, P.D. Scott), elle a ajouté à son domaine de destruction la dévastation écologique de la planète. Elle a également répandu le désarroi psychologique parmi la population avec des mensonges sans cesse répétés (citation 21, D. Rockefeller). Ils finissent par devenir réalité pour certains. Pour un seul but délirant (information 6, Rex 84): réduire l’humanité à une sous-caste de quasi-esclaves pour servir les oligarques, leurs familles et leurs serviteurs proches. Nous trouvons tout cela dans ce document officiel, Rex 84, établi par l’oligarchie et validé par le gouvernement US en 1984. Tenu secret pendant 10 ans, il a été déclassé depuis, mais en partie seulement. Pour arriver à leurs fins, les oligarques ne reculeront devant rien. Ainsi, plus de 600 FEMA camps sont opérationnels pour retenir les citoyens américains, les «terroristes domestiques» qui ne voudront pas se plier à la volonté de la dictature de la FEMA (citation 22, D. Rockefeller). 3768 autres sites peuvent être transformés rapidement. Cette institution est prête à prendre militairement les commandes du pays (information 7, FEMA camps). Ces propos peuvent en surprendre plus d’un. Pourtant, toutes les assertions contenues dans cette lettre ouverte relèvent d’informations officielles, de faits incontestables (citation 23, E. Zola), d’études universitaires ou de travaux journalistiques jamais remis en cause devant un tribunal ou une instance élue (citation 24, J.F.Kennedy).

Tract: Hatari pour l’Europe et le reste du monde!

La dictature du nouvel ordre mondial s’approche donc à grands pas! Avec le Patriot Act et la loi 082 du 02/01/2012, qui officialise la détention indéfinie sans droits, elle est une réalité pour beaucoup. Nous sommes liés aux Américains par l’Histoire, par l’amitié (amitié de toujours et pour toujours), mais aussi par l’OTAN. La dictature risque de devenir le quotidien des États-Uniens quand la FEMA (Federal Emergency Management Agency), qui est l'agence fédérale chargée de gérer les situations d'urgence, le décidera, dans le cadre d'une proclamation d’une loi martiale dont les conditions d’application sont… secrètes!

Vu les relations pour le moins troubles de nombre de nos élites avec l’oligarchie, nous risquons d’être entraînés dans l’aventure totalitaire qu’elle a préparée depuis longtemps! Nous devons nous préserver de ce danger avec eux. Avant toute chose, il faut reprendre notre liberté et sortir de l’OTAN (citation 5, J.F. Kennedy). C’est le premier des grands services que nous allons rendre au peuple américain, en affaiblissant une à une ces structures totalitaires qui tous les jours envahissent leur quotidien et leurs pensées… et les nôtres par la même occasion.

La révolte programmée ne doit pas avoir lieu

L’oligarchie poursuit avec une opiniâtreté jamais démentie le pillage de nos sociétés et la destruction de notre avenir (information 8, M. Keiser). Elle ne recule devant aucun crime. Il est évident que l’intérêt général n’a rien à gagner avec un tel programme (citation 25, Montesquieu). Cette situation de prédation ne peut durer éternellement. Nous le savons aussi bien qu’elle. Il faut se mettre sans tarder au travail pour changer de direction. C’est urgent de le faire, avant qu’une révolte, qui sera obligatoirement mondiale et violente, ne vienne tenter de se débarrasser de cette pourriture par un chaos… qui supprimera une grande part de nos espoirs également. Cette révolte est programmée dans les plans de l’oligarchie pour être le point de départ de leur prise de pouvoir totale (citation 26, B. Cooper). Évitons de leur donner cette occasion qui fera leurs affaires. Ne tombons pas dans leur piège. Tout comme les gouvernements qu’elle a dans son collimateur doivent comprendre, comme cela sera abordé plus loin, que la paix est le coup le plus terrible qui pourra leur être porté. En évitant une troisième guerre mondiale, ils éviteront que leurs pays ne soient à leur tour dépouillés de l’essentiel de leurs richesses, et leurs peuples, dévastés.

La non-violence en étendard

Nul citoyen ne doute qu’il doit y avoir une réponse. Elle doit être calme, intelligente, continue dans le temps comme dans les actions et surtout non-violente (citation 27, A. Einstein). Nombreux sont ceux qui vont se poser la question de savoir si utiliser la non-violence est une bonne option. Or il s’agit quand même de faire changer de voie la coalition des plus grandes forces destructrices jamais connues sur terre. Nous la trouvons principalement parmi la finance, l’armement, l’industrie de l’énergie fossile et un certain monde politique et médiatique (citation 28, Th. Roosevelt). Elle montre tous les jours sa puissance malfaisante, au point de désespérer la terre entière. Est-ce donc bien raisonnable de préconiser la non -violence? Non seulement c’est raisonnable, mais, de plus, la non-violence est une arme imparable, si elle est bien utilisée, comme cela est suggéré un peu plus loin. La non-violence totale doit être notre dogme incontournable. Nous aurons en plus l’avantage de voir facilement qui est avec qui.

Bien informés pour des choix en connaissance de cause

Attendre, encore et encore, une réaction de nos institutions? Et pour quels résultats?

Malgré les efforts immenses déployés par certains, les citoyens en sont toujours à attendre tel ou tel événement politique pour manifester leur volonté. Ils sont soumis au bon vouloir de la plupart de leurs dirigeants, alors que ces derniers ne cherchent qu’à gagner du temps pour rendre les situations irréversibles.
Ainsi, même les Prix Nobel eux-mêmes ne sont pas écoutés! L’appel de Heidelberg adressé par plus de 250 scientifiques (dont 52 Prix Nobel) en juin 1992 aux chefs d’État et de gouvernements réunis à Rio dénonçait «l’émergence d’une idéologie irrationnelle qui s’oppose au progrès scientifique et industriel et nuit au développement économique». En 20ans, la situation n’a fait que se dégrader. Pour exister politiquement, il faut le plus souvent se contenter de faire des constats ou de la contestation de rue; l’un et l’autre bien peu efficaces pour mener à des résultats concrets.
Les forces conservatrices, qui devraient être une simple inertie pour éviter les engouements irréfléchis, sont exploitées par l’oligarchie pour annihiler les voix discordantes et les éloigner des grands réseaux d’information. La peur du lendemain exacerbée par toute sorte de pratiques (citation 29, A. Hitler) et la peur de l’étranger sont leurs outils favoris. Elles deviennent un mur contre lequel les forces dynamiques butent sans cesse. Ce mur est bien haut, et ses miradors sont puissamment armés. Tout débat véritable est ainsi bien vite éloigné.

Donc, pour être efficaces, inutile d’attendre réunions et sommets d’ici ou d’ailleurs, qui ne battent que des records de dépenses en organisations somptueuses. Pour avancer réellement, nous, citoyens du monde, devons prendre l’initiative d’imposer calendrier et décisions (citation 30, C. de Gaulle).

Il est temps… de faire de la politique debout!

Il est bon de redonner aux représentations politiques tous les moyens d’actions que doivent leur donner des démocraties dignes de ce nom. Il faut prendre l’initiative, oui… mais avec des outils et une stratégie efficaces. Il ne faut rien attendre du bon vouloir de forces qui dominent actuellement et qui ne souhaitent qu’une chose, aller en sens inverse (citation 31, Rothschild Frères)! Nous allons faire en sorte d’obtenir des résultats tangibles qui défendent vraiment l’intérêt général. Celui de chaque groupe ethnique, de chaque peuple et de l’humanité dans son ensemble. Pour cela, nous suivrons des procédures bien précises qui ne pourront pas être polluées par certaines forces voulant aller à l’encontre des choix démocratiquement validés. Ce nouveau fonctionnement doit permettre à nos civilisations de progresser en évitant les écueils parsemés sur leur route.

L’amnistie

Un point essentiel doit être acté avant de s’engager dans une telle voie réformatrice. Le passé est le passé. Aussi, nous, bâtisseurs, nous ne chercherons jamais à juger ou condamner quiconque. Même ceux responsables et archicoupables de nous avoir amenés si près du gouffre. Juger, c’est risquer de se tromper. Et, quand on veut partir sur de nouvelles bases, l’amnistie est un passage intelligent, pour inciter le plus de personnes possible à se remettre au travail et changer ses pratiques mauvaises.
C’est une potion qui aide souvent certains individus à embrasser un nouvel idéal, même si c’est à reculons au début (citation 42, N. Mandela)! Une fois cet épisode passé, l’amnistie prononcée et la nouvelle organisation de la société acceptée, chacun sera responsable de ses actes.

À la croisée des chemins, le 5 mars 2012

Oligarques, le 5 mars 2012, nous prenons notre destin en mains.

La civilisation du troisième millénaire sera née! Participons à un concert d’avertisseurs à 12heures durant 3minutes, pour prévenir les oligarques et leurs serviteurs: «Pour vous aussi, le temps de changer est arrivé!!! Sinon, ce sera le début de la fin; après ce moment, vous devrez assumer tous vos actes!». Il se répètera tous les 5 du mois tant que «LES TROIS RÉFÉRENDUMS DE LA LIBÉRATION» n’auront pas été proposés au peuple de chaque pays.

Le cancer à deux têtes de Wall Street et la City

C’est le cancer parti de Wall Street à New York et de la City de Londres, il y a plus de deux siècles, qui a pourri nos vies. Il a disséminé ses métastases partout dans le monde. Nous devons méthodiquement, pays après pays, dissoudre ces cellules malades par un véritable travail de médecin. Cette thérapie nous permettra un jour de finir ce travail à New York pour en éradiquer la dernière cellule à l’origine de ce mal. Il ne fait pas de doute que certains peuples occidentaux, seront parmi ceux qui paieront le prix le plus élevé. Par des artifices on leur a fait croire que ce sera le contraire. Ils ont été assimilés pendant longtemps à l’oligarchie et paraissaient en tirer plus de profit que d’autres (citation 25, C. Levin). Malgré tout, ils sont de plus en plus conscients du mal qui les ronge (citation 26, J.F. Kennedy). Comme nous, il leur suffira d’avoir un peu de volonté pour trouver la vérité, l’accepter, voir où sont les vrais prédateurs et modifier leur comportement en conséquence.

De la fraternité des Kennedy à la fraternité citoyenne

Par-delà le lien familial de fraternité, John et Robert Kennedy avaient en commun le courage, certes, mais également des valeurs humaines qui ne toléraient pas le mensonge, le secret, l’injustice. Ils œuvraient pour que le progrès soit accessible à tous, américains ou pas.

Pour nous, les deux T de DakTTari représentent maintenant leur accolade fraternelle, celle de deux êtres humains qui affrontent ensemble, et de face, les défis de la vie. Chaque fois que nous verrons ces deux T, nous penserons à eux. Dans cette droite ligne, ce symbole représentera également les multiples fraternités que, tous les jours, nous allons nouer.
John nous a demandé de reconnaître que tous les hommes d’honneur de son temps, et lui-même, avaient fait leur part du travail pour construire la nouvelle civilisation. Nous ne dirons jamais assez l’estime que nous avons pour eux, et pour tous les autres. Ils ont payé de leur vie l’engagement de s’être attelés à ce «Grand Œuvre» qu’est celui de mener l’humanité vers l’un de ses accomplissements majeurs: instaurer une civilisation de paix et de progrès pour tous les peuples (citation 24, J.F. Kennedy).
À ces hommes d’honneur, nous devons bien plus qu’une simple reconnaissance!

D’Athènes à New York, la destinée accomplie

Athènes sera la source qui, par son passé, ses épreuves et ses ambitions, va amorcer et nourrir la naissance puis la croissance de la «société du troisième millénaire». Cette source sera symbolisée dans la ville par une statue représentant l’esprit qui a animé les frères Kennedy. Un artiste travaille déjà à sa réalisation. Cet esprit nous portera toujours vers l’accomplissement total de ce projet de société. Accomplissement qui probablement ne sera réalité que quand le dernier carré des jusqu’au-boutistes de Wall Street du «nouvel ordre mondial» en pleine décrépitude aura pris conscience qu’il est enfin temps de passer à autre chose. À ce moment, d’Athènes à Washington, toutes les capitales seront engagées pour apporter ensemble un progrès continu à tous les peuples dans une paix immuable. Ainsi sera venu le temps où les nations n’apprendront plus la guerre. Le fil parti d’Athènes aura fait le tour de la terre.
Une autre expression artistique de notre gratitude montera alors dans le ciel de New York, pour perpétuer le souvenir du plus grand qui a préparé la route et motivé grandement nos pensées et nos actions, John l’Américain.

De Dakttari à DakTTari

Le titre Dakttari, «docteur» en swahili, a été décerné à Sue Hart par la population. Elle a été l’une des rares Européennes qui, avant l'heure, se sont engagées corps et âme aux côtés des Africains pour qu’il leur soit laissé l’opportunité d’utiliser toutes leurs potentialités, et donc de faire évoluer le continent tout en protégeant la nature et les hommes. Son action lui a valu ce titre honorifique. Ce titre, transformé en DakTTari (avec deux T, symbole de la fraternité qui nous anime), nous le faisons nôtre et nous nous en montrerons dignes tout au long de notre action et de notre vie, pour créer ce monde qui nous est destiné. Avant cela, il y a un choix à faire.

Si vous voulez le «nouvel ordre mondial» avec ses chaos, ses dictatures et ses désastres programmés,
restez couchés, les oligarques s’occupent de tout!

L’oligarchie utilise la dette et l’armée pour dominer le monde. La tromperie de la première est relativement facile à apprécier, même si elle a été bien dissimulée jusqu’à ce jour (citation 28, H. Ford). L’utilisation des forces armées pour atteindre ses objectifs abjects n’est pas glorieux en soi, mais le pire est le mépris de cette caste pour l’uniforme. Mépris pour tous ceux qui ont souffert de leurs délires guerriers par militaires interposés. Le mépris avec lequel elle traite l’uniforme est d’un cynisme écœurant pour tous ceux qui ont laissé leur vie ou leur santé pour qu’elle puisse engranger toujours plus de profits et étendre sa domination. Cela grâce à la complicité de dirigeants de sociétés transnationales qui en échange s’enrichissent facilement avec les impôts payés par les citoyens et les spoliations partout dans le monde. Trois des affirmations de H. Kissinger, l’un des rares oligarques un peu bavards, suffisent pour ne pas avoir de doutes sur leurs ambitions et les moyens utilisés:
1) «Oui, beaucoup de gens vont mourir quand le nouvel ordre mondial sera établi, mais ce sera un monde bien meilleur pour ceux qui survivront».
2) «Les militaires sont juste de stupides animaux assez bêtes pour être utilisés comme des pions pour accomplir notre politique.»
3) «En contrôlant l'énergie, nous pouvons contrôler les nations; en contrôlant l'alimentation, nous pouvons contrôler les individus»(!)
Aussi insensées et terribles que soient ces paroles, elles sont dans la logique du «nouvel ordre mondial», logique vulgarisée par nombre de nos élites bien-pensantes. Lala maxime «
Ordo ab Chao», «l’ordre naît du chaos», est la base de leur discours mondialiste. Ils ont en arrière-pensée, à peine masquée, comme si elle était inévitable et même souhaitable, une troisième guerre mondiale, prélude à leur définitive prise de pouvoir sur l’humanité (citations 44 et 45, P.Warburg / N.M. Rothschild).
VÉRITABLEMENT, LE «NOUVEL ORDRE MONDIAL» EST L’ANTITHÈSE DE LA «CIVILISATION DU TROISIÈME MILLÉNAIRE».

Si c’est la «civilisation du troisième millénaire» que vous voulez construire,
dans un monde de paix et de progrès, il faut vous lever, maintenant!

Malgré ce terrible tableau, il ne faut pas se laisser aller au pessimisme et au défaitisme. Le parallèle entre le «nouvel ordre mondial» et nos valeurs pour la «civilisation du troisième millénaire» est sans équivoque. Il suffit de se remémorer les principes qui ont inspiré l’action politique de John F. Kennedy. Avec d’autres, parmi les plus nobles personnalités de l’Histoire, il a préparé le chemin; nous ne les remercierons jamais assez.
1) «De grandes tâches sont à finir pour réaliser la paix, la justice et la compréhension parmi tous les hommes et toutes les nations et mettre fin à la misère et à la souffrance partout où elles existent...»
2) «Cette génération d'Américains a déjà eu assez – plus qu'assez – de guerre, de haine et d’oppression. Nous serons préparés si d'autres le souhaitent. Nous serons en alerte pour l'arrêter. Mais nous ferons aussi notre part pour construire un monde de paix où les faibles sont en sûreté et les forts sont justes.»
3) «Le désir d'un marchand n'est pas la gloire, mais le gain, pas la richesse publique, mais l'émolument privé; il doit donc rarement être consulté sur les questions de la guerre ou de la paix ou de tous desseins de conséquence à grande portée éloignée.»
4) «De même que nous devons nous rappeler notre propre passé révolutionnaire pour comprendre l'esprit et la signification des soulèvements anticolonialistes en Asie et en Afrique, nous devrions maintenant relire la vie de Simon Bolivar, le grand «Libérateur» de l'Amérique du Sud... pour comprendre la nouvelle contagion pour la liberté et la réforme s'étendant maintenant au sud de nos frontières...»
5) «Pour la première fois, nous avons la capacité de trancher les liens restants de pauvreté et d'ignorance – afin de libérer notre peuple pour l'accomplissement spirituel et intellectuel qui a toujours été le but de notre civilisation...»
6) «Ce pays serait toujours dans les âges sombres économiquement si nous avions permis à ces adversaires du progrès et défenseurs de privilèges spéciaux de mettre leur veto à chaque avancement. Mais le président des États-Unis, je crois, et le Congrès, et nous tous devons être engagés à agir dans notre temps.»
7) «Je ne pense pas que ce pays sera au sommet de la colline dans cette administration ou dans notre génération ou notre temps, mais un jour il y sera et j'espère qu'alors ils penseront que nous avons fait notre part...»
Entre la paranoïa des mondialistes médiatiques, avec leurs partenaires de l’ombre aux sombres desseins, et l’esprit Kennedy soutenant l’humanité en marche vers la lumière, avec la fraternité en étendard, le choix est vite fait. Nous pouvons aller et nous allons, dès maintenant, vers d’autres horizons de paix et de progrès.

En cela, J.F. KENNEDY est indestructible, en cela, NOUS sommes indestructibles.
Nul ne nous empêchera d’atteindre notre objectif.

 



Pour tenter d'avoir ne serait-ce qu'un contact, ci-dessous un exemple de courrier parmi des centaines ... resté sans réponse, comme tous les autres.












# BIOSPHERE sur Twitter
@ BIOSPHERE sur Facebook
L'ESPRIT ET L'ART
  • JUSTE AVANT La Dictature
    Patrick VALLOT Artiste Peintre
  • FEMMES Enfin Les Entendre
    Nadège ROSTAN Photographe

  • IL SUFFIRA  D'UN SIGNE
     Jean-Jacques GOLDMAN Chanteur
  • FEMMES Sortir du carcan
    Nadège ROSTAN Photographe



  • MAINTENANT la Connaissance
    Patrick VALLOT Artiste-Peintre


  • NOS MAINS
    Jean-Jacques GOLDMAN Chanteur